Florian Osselin

Docteur, Université d'Orléans

Adresse e-mail florian.osselin@cnrs-orleans.fr
Téléphone 02 38 25 50 89
Bâtiment CNRS, bureau 226
Statut Non permanent, emploi Post-doctorant
Grand Programme Milieu poreux

A propos...

Ingénieur ESPCI, j'ai effectué ma thèse au Laboratoire Navier sur les conséquences mécaniques de la précipitation de sels associées au stockage géologique de dioxyde de carbone en aquifère salin. La combinaison de méthodes expérimentales et numériques a permit d'estimer des pressions de cristallisations capables d'endommager la roche réservoir. Suite à ma soutenance en Décembre 2013, j'ai effectué un premier postdoc à l'Université de Varsovie pour étudier expérimentalement l'instabilité d'infiltration-réaction lors de la dissolution d'une roche par un fluide percolant. Les résultats ont principalement porté sur l'étude des tous premiers instants de l'instabilité et en particulier les longueurs d'ondes de déformation du front de dissolution. Enfin, de Juillet 2016 à Avril 2018, j'ai travaillé en tant que postdoc à l'Université de Calgary sur les eaux de reflux dans le cadre de l'extraction de gas de schiste par fracturation hydraulique. Cette étude a permis de mettre en évidence un impact réel des fluides de fracturation sur l'équilibre géochimique de la roche réservoir, et en particulier le rôle central du pouvoir oxydant du fluide de fracturation et du couple pyrite/sulfate à l'origine de complexes réactions géochimiques en chaîne.


Mon travail à l'ISTO porte sur l'étude couplée des phénomènes THMC (Thermo-hydro-mécano-chimiques) dans le cadre de l'exploitation des ressources énergétiques du sous-sol et en particulier dans le cas de la géothermie. Le but est d'identifier et d'étudier les phénomènes couplés complexes se produisant dans la zone très impactée proche du puits d'injection/extraction.

After graduating from ESPCI, I did my PhD in Laboratoire Navier on the mechanical consequences of salt precipitation during geological storage of carbon dioxide in deep saline aquifers. Combining experimental and numerical techniques, I was able to estimate crystallization pressures high enough to damage the reservoir rock. After defending in December 2013, I did a first postdoc at the University of Warsaw to experimentally study the reaction-infiltration instability in a rock by a percolating fluid. Results were focused on the onset of the instability and in particular on the wavelengths of deformation of the dissolution front. Finally, from July 2016 to April 2018, I worked as a postdoc at the University of Calgary on flowback waters from shale gas exploitation by hydraullic fracturing. This study highlighted the real impact of fracturing fluids on the geochemical equilibrium of the reservoir rock, and in particular the central role of the oxidation power of the fluid as well as the couple pyrite/sulfate triggering complexes geochemical chain reactions.


My work at ISTO is to study the coupled THMC (Thermo-Hydro-Mechano-Chemical) phenomena within the framework of underground energetic resources exploitation,  and in particular geothermal energy. The goal is to identify and study the complex coupled phenomena occurring in the very disturbed zone close to the injection/extraction well.